· 

Le fromage de tête made in Nederland

Quelle aventure !... 

Ça a commencé par une visite à notre boucher bio de Schoorl : la tête qu'il a fait quand je lui ai commandé - en néerlandais - une tête de cochon coupée en deux et quatre langues ! Et ce n'est pas mon accent qui l'a surpris !... Il a inscrit ça sur son petit carnet et m'a demandé de repasser le lendemain.

"Je ne peux pas vous en trouver ! Ici, on envoie directement les têtes de cochon en Chine (sic) ! Essayez d'aller voir mes confrères d'Alkmaar ou de Bergen ! "

J'ai donc rendu visite à trois autres bouchers sans plus de succès : devant leur air interloqué, je leur ai expliqué que je voulais faire une recette de ma grand-mère française. La réponse était toujours la même : "Je ne vois pas où je pourrais vous trouver ça ! Désolé !"

    Dernière tentative du côté de Warmenhuizen, tout près de Schoorl, de l'autre côté du canal. Là, je suis "tombé" sur deux bouchers, deux "vieux de la vieille" qui m'ont dit qu'il n'y avait aucun problème pour obtenir ce que je voulais. Sauvé !

    Trois jours plus tard, je faisais cuire mes deux demi-têtes (quelque peu raccourcies à l'aide d'une scie à métaux achetée spécialement pour l'occasion... mes deux gamelles étant trop petites pour les accueillir !) dans un bouillon agrémenté de carottes, de poireaux, d'oignons piqués de clous de girofle, de feuilles de laurier et d'ail. Deux heures et demie plus tard commençait le dépiautage suivi d'une nouvelle cuisson de 30 minutes avec les morceaux de viande, le bouillon filtré et un hachis d'ail et de persil. Il n'y avait plus qu'à remplir terrine et  bocaux ! A suivre...

Écrire commentaire

Commentaires: 0