L'eau aux Pays-Bas (5)

Pour nous rendre sur l'île d'Ameland, nous avons emprunté les 32 km de l'Afsluitdijk, la digue qui relie les provinces de la Hollande septentrionale et de la Frise.

A l'origine, dans cette partie des Pays-Bas, on trouvait le Zuiderzee (littéralement Mer du Sud), un vaste golfe à l'origine de nombreuses tempêtes, d'inondations, de raz-de-marée. Avec à chaque fois, son lot de dégâts et de victimes. De plus en plus de personnes pensaient que des digues et des barrages devaient être construits pour éviter tout cela.

En 1891, l'ingénieur Cornelis Lely conçut le premier plan de fermeture et de remise en état du Zuiderzee. Devenu ministre de la Gestion de l'eau en 1913, il va œuvrer pour que cela se fasse. Il faudra toutefois attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour que "La Loi sur la fermeture et l'assèchement du Zuiderzee" soit adoptée. Mieux protéger le pays des "caprices" de la mer et créer de nouvelles terres agricoles (polders) ont rendu nécessaire ce projet.

La construction de l'Afsluitdijk - littéralement "digue de fermeture" - a débuté en 1927 et s'est achevée le 28 mai 1932. Le Zuiderzee a cessé d'exister et la nouvelle étendue d'eau a été appelée IJsselmeer - le lac d'IJssel - qui est devenu le plus grand réservoir d'eau douce du pays.

 

 

A gauche, une carte datant de 1810. A droite, on voit que pour construire l'Afsluitdijk, il a fallu déjà assécher la région du Wierengermeer (nord-ouest). D'autres polders,  comme le Flevoland ou encore le Noordoostpolder, ont vu le jour plus tard, une fois la digue construite.

A noter que le projet du Markerwaard (en rayé) a été abandonné en 2003.

 

Quelques chiffres sur la construction de la digue : longue de 32 km, large de 90 m, haute d'environ 7 m, elle a nécessité 13 millions de m³ d'argile à blocaux (argile qui contient des graviers et du sable) , 23 millions de m³ de sable, 16 millions de pavés et 18 millions de bottes d'osier.

Le travail a été effectué par 11 dragues flottantes, 105 péniches, 72 remorqueurs et 73 chaloupes. Plus de 5000 ouvriers ont travaillé sur le chantier. Voir une petite vidéo récupérée sur le site schooltv.nl.
(désolé, je n'ai pas eu le temps de vous mettre les sous-titres en français...)

 

 

 

Aux deux extrémités de la digue, des systèmes d'écluses permettent le passage de bateaux (chaque écluse fait 12 mètres de large et 4 mètres de profondeur). Elles sont accompagnées de vannes  qui aident à décharger périodiquement vers la mer des Wadden le surplus d'eau du lac, tant apporté par les rivières (en particulier l'Ijssel) que celle pompée dans les polders. 

 

 

Depuis l'an dernier et jusqu'en 2022, d'importants travaux de rénovation sont en cours notamment en prévision de l'élévation du niveau des mers et des conditions météorologiques pouvant être extrêmes. Dans un premier temps, l'Afsluitdijk sera surélevée de 2 m sur toute sa longueur et renforcée à l'aide de 75 000 blocs de béton.

Les écluses jugées plus assez larges aujourd'hui seront agrandies pour laisser passer de plus gros bateaux, ce qui bénéficiera aux chantiers navals, à  la navigation côtière et la pêche.
En outre, comme de plus en plus d'eau excédentaire s'écoule des voies navigables intérieures vers l'IJsselmeer, une nouvelle grande station de pompage sera construite pour mieux évacuer le trop-plein d'eau dans la mer des Wadden.

Le pays veut aussi profiter de ce transfert d'eau pour tester la production d'électricité à l'aide de turbines grâce à l'énergie du flux.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0