· 

L'architecture de Rotterdam

Rotterdam n'a pas grand chose à voir avec Amsterdam au point de vue de l'architecture : on n'y retrouve pas les maisons anciennes avec leur façade typique.

Tout s'explique :  en mai 1940, les Allemands envahissent les Pays-Bas malgré son statut de pays neutre. La prise de Rotterdam est pour Hitler l'objectif principal afin de faciliter le passage vers la Belgique et la France. 

Au départ, il y a eu un ultimatum envoyé par le commandement allemand pour que la ville se rende dans les deux heures. Un problème de transmission a rendu le bombardement inévitable malgré le souhait des Néerlandais de se rendre : cela s'est passé le 14 mai 1940. Rotterdam a été presque entièrement détruite par l'aviation allemande : 800 morts, 24 000 maisons détruites sans compter les églises, les hôpitaux, les bâtiments officiels, le port... Plus de 80 000 personnes se retrouvent sans logement. Ce qui a entraîné la capitulation immédiate des Pays-Bas et l'occupation allemande jusqu'en 1945.

A noter : Rotterdam a par la suite souffert des bombardements des forces alliées (plus de 300 raids entre 1940 et 1945) avec pour cible les installations portuaires, les  navires, l'aéroport de Waalhaven, les raffineries de pétrole, les chantiers navals,  les usines. Malheureusement, des zones résidentielles ont aussi été touchées faisant de nombreux morts...

Les maisons de centre de Rotterdam datent des années 50 et le développement économique de la ville a vu l'apparition d'une architecture tournée vers l'avenir, que ce soit au niveau des logements collectifs ou des centres d'affaires. Ma balade d'une journée m'a permis de saisir quelques témoignages de cette   architecture moderne : nouveau marché couvert (Markthal),  la gare, l'immeuble De Rotterdam, la tour New Orleans, les gratte-ciels de la Porte de Delft, le bâtiment de l'Ecole Nautique de Rotterdam, le crayon-immeuble...

 

Et puis, il y a, passage obligé, le Kubuswoningen, ou «Maisons-cubes» construit en 1982-1984 selon les plans de l’architecte néerlandais Piet Blom. 40 petites habitations jaunes, en forme de cubes inclinés,  perchées sur des piliers en béton, donnent l’impression d’arbres architecturaux. Blom a envisagé le complexe comme une communauté paisible à l'écart du centre-ville.  Chaque cube est composé de trois étages et d'une galerie de vision panoramique. Au pied des «troncs d’arbres», au rez-de-chaussée, des magasins, une école et une aire de jeux pour enfants sont à la disposition des résidents. On peut même visiter le Kijk-Kubus ou maison-témoin pour mieux se rendre compte de la configuration des lieux et pourquoi se mettre à rêver...

Écrire commentaire

Commentaires: 0