· 

Jordi Savall en concert

(photo Muziekgebouw.nl)

 

Samedi dernier, de retour de Touraine, nous sommes allés jusqu'à Amsterdam avec nos amis Carla et Roel écouter le concert que donnait Jordi Savall, accompagné de son groupe Hespérion XXI et de musiciennes et musiciens aux nationalités diverses et variées.

 

"La conviction de Savall est que la musique transcende toutes les frontières et que les gens peuvent se comprendre grâce à la musique, sans distinction de culture, de nationalité ou de religion. De cette vision, il poursuit ses recherches et réunit des musiciens de toutes les cultures musicales sur scène avec son propre ensemble Hesperion XXI..." (site  du Muziekgebouw)

 

Sur scène se côtoyaient des artistes venant de Chine, de Syrie, d'Afghanistan, de Grèce, d'Arménie, de Turquie, du Maroc, et d'Espagne. Chacun(e) jouait d'un instrument différent : qui de la pipa ou du zheng, qui du oud, du rebec, du rebab, qui du nay ou du duduk, qui du sarod, du kanun ou encore du santur.

 

 Instruments à cordes pincées, à cordes frappées, à cordes frottées, instruments à vent en roseau, oblique à anche double, ils sont là pour donner de la vie au projet musical que Jordi Savall présente à Amterdam : celui de mettre en scène Ibn Battuta, "Le voyageur de l'Islam".

 

Né à Tanger en 1304, Ibn Battuta, écrivain arabe est un grand voyageur qui passera pendant près de 30 ans de sa vie à parcourir le monde. Plus de 120 000 kilomètres parcourus de l'Afrique du Nord à la Mecque en passant par l'Egypte, la Palestine et la Syrie. De l'Irak au Mali en passant par l'Arabie saoudite, le Yémen, le Sahara. De Constantinople à la Chine en passant par la Russie du sud, l'Afghanistan, l'Inde, Sumatra...

Il racontera ses voyages dans un livre dont le titre original est "Tuhfat al-anzar fi gharaaib al-amsar wa ajaaib al-asfar" (Un cadeau pour ceux qui contemplent les splendeurs des villes et les merveilles des voyages),  communément appelé "Le rihla d'Ibn Battuta" (rihla signifie voyage).

 

Concert d'un soir, donc, comme une invitation au voyage, sur les traces d'Ibn Battuta... en se laissant porter par les sonorités particulières aux régions traversées. Un vrai bonheur !

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    michelineduffaud@wanadoo.fr (dimanche, 28 octobre 2018 14:53)

    Jordi Savall a joué ou bien seulement (si je puis dire !) dirigé ?
    Je l'avais écouté l'an dernier à Tours dans le cadre du Festival d'Automne. Il avait une pêche hors du commun. Et j'ai hâte qu'il se produise à nouveau à Tours ou environs.

  • #2

    Emmanuelle (lundi, 05 novembre 2018 19:41)

    Il a joué lui aussi, seul ou avec les autres : de la vielle, du rebec et du rebab !