· 

Le Bleu de Delft

La semaine passée, nous avons visité Delft, à 2 heures de train de la maison avec la fille aînée d'Emmanuelle venue passer quelques jours de vacances aux Pays-Bas.

Passage par le Prinsenhof, musée de la peinture hollandaise de l’âge d’or, autrefois couvent dans lequel Guillaume d’Orange, « fondateur » de la nation néerlandaise, fut assassiné en juillet 1584 et le Vermeer Centrum, lieu à la gloire du peintre néerlandais Johannes Vermeer qui nous raconte sa vie et son œuvre (très documenté…) On peut y voir grandeur nature tous ses tableaux alignés dans la même salle ! Malheureusement, ce ne sont que des reproductions !

Le but du jour, c’était surtout la visite de la ROYAL DELFT ou Faïencerie Royale de Delft !

Une vraie découverte autour du Bleu sur fond blanc, le fameux Bleu de Delft ! Les pièces exposées tout au long de notre visite rappellent par leurs motifs et leur couleur les porcelaines chinoises : du bleu, du bleu, du bleu ! Bien sûr, il n’y a là aucun hasard. Ce sont les Portugais qui ont été les premiers à rapporter de la porcelaine chinoise en Europe au 16ème siècle.

À la suite de la capture par les Hollandais, en 1604, de deux navires portugais transportant 100.000 pièces de porcelaine, l’Europe a découvert la porcelaine chinoise pour la première fois. Les marchandises ont été vendues à des acheteurs de toute l’Europe occidentale lors d’une vente publique en Hollande (certains acheteurs représentaient les rois de France et d’Angleterre) . Cette vente a marqué le début de l’engouement de toute l’Europe pour la porcelaine chinoise. Dès lors, les potiers et alchimistes européens, encouragés par des mécènes, ont tout fait pour percer le secret de la porcelaine chinoise.

Au milieu du 17ème siècle, plus de 30 poteries font leur apparition à Delft aux Pays-Bas! Mais on ne peut pas parler ici de porcelaine (le kaolin servant à sa fabrication n’étant pas connu des Hollandais), mais plutôt de faïence imitant la porcelaine chinoise. L'actuelle ROYAL DEFLT s'est même appelée à ses débuts la Royal Porceleyne Fles...

Au siècle suivant, l'industrie de Delft est confrontée à toutes sortes de difficultés, surtout à la concurrence des Anglais qui découvrent la terre de porcelaine et fabriquent une porcelaine plus dure et plus blanche. Les faïenceries de Delft ferment une à une.

 

 Aujourd’hui, il n’en subsiste qu’une seule ! En 1876, un ingénieur de Delft, Joost Thooft, a acheté l'usine qui deviendra plus tard la ROYAL DELFT avec l'intention de restaurer la fabrication du « Bleu de Delft » en perte de vitesse. On retrouve les initiales de Joost Thooft sur toutes les pièces originales fabriquées depuis à Delft. Depuis, son succès ne s’est jamais démenti dans le monde entier.

 

 

 

La visite de la ROYAL DELFT nous a permis de découvrir la fabrication  manuelle des faïences de Delft jusqu’à la décoration peinte à la main. Pour voir les différentes étapes, il faut se rendre ici et cliquer sur PLUS D'INFORMATIONS dans l'article intitulé "Le métier de Royal Delft"   (traduction non garantie...)  

 

 Que de magnifiques pièces exposées ! Et ce bleu unique, si intense ! La dernière collection - Peacock Symphony - est absolument somptueuse !  

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Duffaud micheline (jeudi, 22 février 2018 21:43)

    Je comprends maintenant le sens de ton petit message watsapp : du bleu, du bleu, du bleu !

  • #2

    Réjane (samedi, 24 février 2018 22:18)

    Je comprends également !

    Monsieur utilise whatsapp ;-)