· 

A Amsterdam, dans le Jordaan...

Notre voisin, partageant la moitié de son temps entre Schoorl et Amsterdam, nous a proposé d'être notre guide pour nous faire découvrir  des quartiers de la ville. La première fois, c’était il y a quinze jours : nous avons parcouru les rues et ruelles du Jordaan, le quartier « bobo »  situé au nord-ouest du centre d’Amsterdam.

 

 Pour la petite histoire, le Jordaan a été créé par la municipalité d’Amsterdam en 1609, pour loger les ouvriers et les artisans à la recherche de logements. Le quartier a failli être rasé après la seconde Guerre Mondiale. Mais la création des lois sur la conservation dans les années 60 a permis de le réhabiliter. Aujourd’hui, cela coûte cher de se loger dans ce quartier, comme partout ailleurs à Amsterdam...

 

Nous sommes allés à la découverte du marché « bobo » de Noordermarkt installé autour de l’église  Noorderkerk - marché dont les prix sont souvent prohibitifs aux dires de notre ami Roel  -  puis du marché bio dans une artère toute proche. Emmanuelle y a même trouvé de la poudre d'amande pour faire la galette des rois avec ses élèves de français langue 2.                                   

 

Puis, nous sommes partis à la recherche des  hofjes (courettes), institutions typiquement néerlandaises depuis le Moyen-Age. Conçues à l’origine pour y loger des personnes âgées et nécessiteuses dans de petites maisons regroupées autour d'un petit jardin, les habitations sont en général séparées de la rue par un porche ou un bâtiment.  Il y en a pas mal dans le Jordaan. Pas forcément faciles à trouver, mais avec notre guide d’un jour...

 

Ces hofjes sont aujourd’hui occupés par des étudiants en grande majorité au vu de la taille des lieux. Nous avons vu celui où logea pendant quelques années notre voisine Carla.

 

 

Puis au coin d’une rue, une boutique  pas comme les autres : « Het muizenhuis » (La maison des souris). Tout un univers en miniature qui tourne autour de la vie quotidienne de ces charmantes petites bestioles. Bluffant ! De quoi rappeler à Emmanuelle son ancienne passion pour les maisons de poupée.

Écrire commentaire

Commentaires: 0