· 

De l'apprentissage du néerlandais

(Suite au commentaire de Micheline pour le dernier billet de ce blog...)

    Emmanuelle et moi avons décidé de nous mettre au néerlandais, histoire  "d'assurer" un minimum dans le quotidien qui est devenu le nôtre. Certes, ici, aux Pays-Bas, la très grande majorité de la population est bilingue (néerlandais et anglais). Cela nous permet de dialoguer plus facilement. Au tout début, certains Néerlandais s'offusquaient même quand on leur demandait s'ils parlaient anglais "Sure, of course !..."

    Mais là où nous avons besoin de la langue du pays, c'est surtout par rapport à l'écrit qui envahit la vie de tous les jours : affichages dans la rue, dans les commerces, journaux gratuits d'infos locales, affichages dans l'entrée de notre résidence... télévision  

    J'ai commencé à apprendre le néerlandais avec l'aide de l'application Babbel téléchargée sur mon téléphone. Pas mal de vocabulaire à la clé, des phrases toutes faites. Je continue avec la télévision : ici,  tous les films et documentaires étrangers sont sous-titrés... Je m'amuse donc à écrire les sous-titres et ensuite à les traduire. Ça élargit pas mal le vocabulaire, même si... la télé ici n'est pas réputée pour la qualité de ses programmes (beaucoup de téléréalités... les films diffusés sont surtout des blockbusters américains un peu beaucoup lourdingues, genre Transformers, Spiderman, Taken, Jurassic Park...   C'est vrai qu'au niveau dialogue, c'est un peu "limité" : les "Laisse-le partir !", "On fait le point !", "Tu dois renoncer !", "Relax, mec !"  ne sont pas faciles à recaser dans un dialogue au quotidien !

    Heureusement, il y a Kitchen24, chaîne spécialisée dans la cuisine (pas triste la cuisine locale...), TV5 Monde et Arte pour rattraper le coup avec toujours du sous-titrage, mais plus en corrélation avec le quotidien. Je remplis des petits carnets avec des phrases toutes faites.

    Nous suivons des cours Emmanuelle et moi tous les mercredis avec une professeur  de l'Ecole européenne de Bergen : travail d'écoute, de questions-réponses, de dialogues... basés sur le quotidien. Du pratique avant tout et assez facile à réinvestir.... 45 min de cours intensif et devoirs à faire à la maison (quand on voit les supports à notre disposition, on se dit qu'il y a du travail à faire !)

    Notre prof est sympa, très pointue dans le domaine de l'apprentissage des langues. Nous progressons assez vite. Il faut dire qu'Emmanuelle et moi, nous nous complétons pas mal : tous les deux, nous avons appris l'allemand qui a la même structure grammaticale que le néerlandais (de plus, beaucoup de mots se ressemblent) - ça aide ! Mais Emmanuelle est plutôt AUDITIVE (elle capte très vite, en tout cas beaucoup plus vite que moi, ce qui se dit dans un extrait de dialogue par exemple) alors que moi, je suis plutôt VISUEL et ai plus de facilités avec la chose écrite qu'avec l'oral.

 

    Tous les matins, on se réveille avec la radio NPO4, radio qui diffuse de la très bonne musique classique (enfin, je dis ça... le réveil est réglé sur 7h15, mais en fait, on est levé depuis bien longtemps quand il se met en marche...) Quand on écoute la radio - même chose pour la télé - on essaye de reconnaître des mots, des expressions. A notre arrivée à Schoorl, à part le nom des compositeurs, on ne trouvait pas grand chose. Aujourd'hui, on "capte" un peu plus de mots ou expressions. Mais, cela reste ma foi très difficile, vu les intonations de langue. C'est vraiment très particulier, ces sons gutturaux qui sortent de la bouche des Néerlandais (D'aucuns s'amusent de dire que le néerlandais, ce n'est pas une langue, c'est une maladie de la gorge...) A vous de vous faire une idée !

 

  Parmi nos voisins, certains parlent le français. On fait l'effort de les saluer en néerlandais. Je randonne tous les vendredis avec une de mes voisines que je contacte en "whatsappant" en néerlandais. Ça me permet de me familiariser avec la langue. Je profite aussi  de nos randonnées pour glisser dans la conversation des phrases en néerlandais ou pour demander comment on dit telle ou telle chose...

    Je passe aussi pas mal de temps avec les journaux gratuits locaux pour essayer de savoir ce qui se passe dans le coin ou encore avec le courrier de l'administration néerlandaise que l'on reçoit à la maison (billet à venir parce qu'il y a plein de choses à raconter)

Chez les commerçants de notre village, nous essayons  aussi d'utiliser le peu de néerlandais que nous connaissons. Alors, de temps en temps, c'est assez cocasse le mélange néerlandais-anglais... quand en plus ressortent de la mémoire de nos interlocuteurs quelques mots en français ! Des fois, on nous demande de répéter un mot non compris plusieurs fois (quand j'ai demandé au vendeur s'il avait des "rapen" pour mon pot-au-feu (navets) et que j'ai fini par lui montrer le mot écrit sur mon téléphone : "Aah, de rrrrraaapen ! Nee, sorry, ik verkoop niet !")   Faut s'y faire ! On s'accroche !

Écrire commentaire

Commentaires: 0