· 

Parenthèse tourangelle

Trois semaines après notre arrivée aux Pays-Bas, je regagne la France en train pour une exposition de mon travail, exposition dont la date a été retenue depuis plus d’un an déjà. Alors, difficile pour moi de faire l’impasse…

Me voilà donc à la gare d’Alkmaar Noord pour prendre le train de 6h31 qui doit m’emmener jusqu’à Amsterdam. Là, je m’aperçois que des trains pour Amsterdam, il y en a toutes les 10/12 min en fait (nb : j’ai retenu mon billet sur internet du temps où la connection fonctionnait très mal, ce qui m’a empêché d’accéder à toutes les infos…)

Bref, j’arrive à Amsterdam Centraal, change de quai pour rejoindre le Thalys, non sans avoir jeté auparavant (je suis en avance) un coup d’œil sur l’extérieur de la gare et le flux incessant des ferries qui déversent leur lot de travailleurs venus des quartiers nord de la ville.

Vers midi, je suis à la gare du Nord. Un coup de RER B et un coup de RER C et me voici bientôt à la gare d’Austerlitz pour prendre l’Intercités de 12h51 qui m’emmène à Tours où j’arrive à 15h15.

Je retrouve le 280 rue Victor Hugo, pose mes affaires et emprunte la voiture d’Emmanuelle pour aller faire quelques courses (j’ai seulement oublié de prévenir mes voisins qui se sont légitimement inquiétés quand ils n’ont plus vu la voiture sur son emplacement habituel…)

La soirée et la matinée du lendemain sont consacrées à la préparation de mon expo : nettoyer les sous-verres, ranger les cadres selon leur taille, finir d’ensacher les dessins libres et acheminer le tout dans la galerie…

Jeudi après-midi, je retrouve Anne C. une des responsables de la galerie Lyeuxcommuns dans le Vieux Tours pour l’accrochage de mon travail. Nous passons ainsi plus de trois heures à tout installer en alignant ou en décalant, selon, les tableaux, en rassemblant de petits formats pour en faire un seul grand tableau. Niveau à bulle, crayon de papier, marteau et clous et le tour est joué ! Un petit coup de lessivage : nous voilà fin prêts pour le vernissage de vendredi !

Vendredi  8 septembre : jour de vernissage. Pour l’occasion, j’ai préparé du fromage de tête qui a toujours autant de succès et puis, circonstances obligent, j’ai rapporté des Pays-Bas deux fromages de caractère, dont un vieux Gouda au cumin.

18h pile poil et déjà une première visiteuse en la personne d’Anne, la collègue qui remplace Emmanuelle comme directrice de l’école Mirabeau. Beaucoup de monde et de nombreux amis ont répondu présent et ma foi, je dois bien avouer que mes doutes légitimes se sont très vite dissipés quant à l’accueil réservé à mon travail. Les gens connaissant surtout mon travail graphique autour du chantier du tram, l’effet de surprise est là, bien présent !

«De l’originalité, de l’inattendu, de la finesse, de la poésie… Des effets visuels étonnants, des bleus vraiment « puissants »… Ça fait du bien d’entendre ces remarques et cela me conforte quant à l’orientation que j’ai donnée à mon travail. Et puis 8 gommettes rouges collées dans la soirée, ce n'est pas rien ! Même si ce fut difficile de contenter tout le monde, certain(e)s étant attiré(e)s par le même tableau...

Il est plus de 21h quand se termine le vernissage : je suis très heureux de cette soirée et ma foi, un tantinet fier de ce que les visiteurs d'un soir ont pu dire sur les œuvres exposées. Mais je suis fourbu ! Je ne pensais pas que cela allait comme ça : j'ai essayé de consacrer un peu de temps à chacun, mais il y avait tellement de monde que ce fut difficile. Pas vraiment le temps non plus pour boire un coup ou manger , comme si j'étais débordé. Emmanuelle, de Schoorl où elle est restée, suit grâce à Anne ce qui se passe. J'aurais aimé que ce soir, elle soit à mes côtés pour partager l'instant. 

Le samedi, j’ai reçu la visite de mon ancienne professeur de taï-chi à qui j’avais envoyé une invitation. Elle ne savait pas du tout que je dessinais, que je peignais et a été si touchée par mon travail qu’elle m’a acheté une de mes œuvres.

Anecdote : j’ai accueilli pendant le week-end trois visiteurs néerlandais ! Il n’y a pas de hasard…

En tout cas, cette exposition donne des ailes pour l'avenir... du côté de la Hollande septentrionale !

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Duffaud micheline (samedi, 16 septembre 2017 17:24)

    On attend avec impatience ta prochaine exposition, ici ou là-bas, dans le grand Nord.

  • #2

    Sylvie B (lundi, 18 septembre 2017 18:23)

    Vraiment très belle expo... Tu dois être sur la route, Gérard. Bon retour chez les bataves...

  • #3

    Michèle M (mardi, 19 septembre 2017 09:36)

    Ton tableau a trouvé sa place,contente de ton succès.Inspire toi du plat pays pour d 'autres créations.